Nez de Cuir

Nez de Cuir, Jean Dufaux & Jacques Terpant
Éditions Futuropolis, 64 pages, 2019

« — Elle est vilaine votre blessure. Faut que j’appelle un médecin. Vous devriez enlever votre masque.
— Quel masque ? Je ne porte pas de masque. Juste une malédiction. »
Le comte Roger de Tainchebraye revenu défiguré de la campagne de 1814 doit cacher son visage derrière un masque de cuir. Profondément marqué, cynique et meurtri, il multiplie les conquêtes. Jusqu’à sa rencontre avec Judith de Rieusses.

16/20

Le début de cette bande dessinée prend place en 1814, alors que les guerres napoléoniennes se terminent, et que nombre de soldats rentrent chez eux blessés. Parmi ceux-ci, il y a le conte Roger de Tainchebraye, qui en revient défiguré, et quasiment miraculé. En effet, son nez a été emporté par un sabre, un autre lui a arraché la joue droite, mais il a aussi reçu plusieurs coups de lance ainsi qu’un tir de pistolet à bout portant.

Grâce aux bons soins d’un médecin qui durèrent un an et au soutien de sa mère, Roger survit à tout cela, mais il semble avoir perdu son âme en même temps que son visage. Cet homme qui aurait donné son existence pour son pays et dont rien n’égalait sa bravoure est contraint de porter un masque en société afin que son apparence mutilée n’effraie pas ses concitoyens. Mais il a surtout changé en profondeur, puisqu’il va désormais mener une vie superficielle, allant d’une chasse à un bal, d’un château à une taverne, attirant les regards et parvenant à séduire les femmes à l’aide de sa verve.

Jean Dufaux nous propose ici une adaptation du roman de Jean de La Varende datant de la fin du XIXe siècle intitulé Nez-de-Cuir, gentilhomme d’amour, qui nous raconte l’histoire de Roger de Tainchebraye, que l’on pourrait penser jouisseur, voire égoïste de premier abord, mais qui en réalité cache une vive douleur. Il nous démontre comme la guerre, même si un soldat en revient, change définitivement un individu. Le conte de Tainchebraye n’est plus capable d’éprouver des sentiments – ou du moins le croit-il – et son quotidien n’a plus réellement de sens, puisqu’il ne semble plus prendre de plaisir dans les choses simples. Et son histoire nous rappelle notamment celle des « gueules cassées » de la Première Guerre mondiale.

L’intrigue est rondement menée, et le lecteur emprunte des chemins qu’il n’avait sans doute même pas imaginés. Ouvrage historique, réflexions sur la guerre, récit d’un homme brisé qui n’est plus tout à fait lui, jouissance de la vie, amour, drame… Nez de Cuir aborde une riche diversité de thèmes qui s’imbriquent parfaitement.

Les dessins sont vraiment très travaillés. Il y a un réel souci des détails de la part de Jacques Terpant, aussi bien s’agissant des paysages que des êtres humains. Les protagonistes sont très expressifs, et nous livrent des informations sur ce qu’ils sont, à l’instar du regard de Roger de Tainchebraye que l’on peut voir sur la couverture. Le duo formé par le scénariste et l’illustrateur nous offre un très bel ouvrage que l’on ne peut qu’apprécier, tant pour l’intrigue que pour l’ambiance véhiculée. Je pense par exemple aux scènes de bals parmi lesquelles on aimerait prendre place, mais aussi aux diverses confrontations entre les personnages particulièrement réussis. Le texte est tout autant soigné que les dessins, ce qui contribue à faire de cette bande dessinée un livre de grande qualité.

Je referme ce livre conquise, et je souhaite à présent découvrir l’œuvre à l’origine de cette adaptation. Par ailleurs, Jean Dufaux et Jacques Terpant sont également à la tête de l’ouvrage Le Chien de dieu… Un roman graphique de plus à ajouter dans ma liste d’envies !

14 réflexions sur “Nez de Cuir

Répondre à Light And Smell Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s